Les cours du master professionnel Histoire et gestion du patrimoine culturel sont pensés en modules et dispensés par des maîtres de conférence de la Sorbonne ou des professionnels du monde de la culture qui viennent partager leurs expériences et leur savoir-faire. Ces cours sont divisés en trois grands types d’enseignements : les stratégies et outils du management culturel, l’ingénierie historique et culturelle, et enfin, les séminaires de terrain. Chaque promotion est également  chargée de concevoir un projet culturel commun, qui représente un travail de 6 mois et est évalué par des professionnels du monde de la culture.

Les enseignements dispensés en Master 2 vous intéressent ?

Retrouvez la plaquette complète de l'offre de formation en cliquant ici

Les partenaires du master

Les professeurs prennent la parole

Anne-Catherine Robert-Hauglustaine,

ex-directrice générale ICOM internationale

Madame Robert-Hauglustaine assure trois fonctions majeurs de notre master. D'une part, elle assure le suivi des stages des étudiants, d'une autre, elle donne un cours de montage d'exposition temporaire, enfin elle accompagne la promotion dans la réalisation d'un projet commun.

 

Projet d’études commun et suivi de stage hebdomadaire en milieu professionnel (26h)

L’objectif de ce projet commun est de permettre à l’ensemble de la promotion de préparer un dossier original et réaliste de valorisation du patrimoine culturel, qui est défendu en fin d’année devant un jury de professionnels. Cette année, le promotion monte un projet de réhabilitation des écuries royales du château de Fontainebleau en centre dédié à la découverte de la gastronomie.

 

Montage d’exposition temporaire (14h)

Ce cours de sept séances aura pour objectif de présenter, à partir d'exemples illustrés et de cas concrets et récents d'exposition à Paris et en région les questions de suivi et de gestion de projets d'expositions à caractère patrimonial".
- Présenter le principe de la constitution des projets patrimoniaux avec les enjeux, contraintes, et l'organisation, de leur naissance à leur réalisation.
- Traiter de la question des relations avec les commissaires scientifiques et les principes d'écriture du synopsis.
- Aborder les définitions et les modalités de gestion des dossiers de scénographie, de graphisme et la mise en page des objets patrimoniaux dans les espaces muséographiques.
- Appréhender la préparation et le suivi des dossiers d'œuvres, de la régie des prêts aux expositions ainsi que l'étude des rétro-plannings et du suivi de chantier, avec le montage et le démontage.
- Aborder les notions de marchés publics avec appels d'offres pour les expositions temporaires, APS, APD, DCE, DPGF et AE et la question du graphisme et de l'éclairage.

 

Une séance sur la régie des œuvres est assurée en complément par Aurélien Joudrier, régisseur des œuvres au Musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines.

Caroline Krummenacker,

ex-directrice des opérations Lordculture

 

Définir un projet muséal : les clefs du succès, le rôle de l’assistance à maîtrise d’ouvrage (14h)

 

La multiplication des projets de création et de rénovation de musées sur la scène culturelle mondiale a entraîné une professionnalisation croissante des différents acteurs impliqués dans ces opérations et uneristallisation de l’attention des décideurs sur leurs potentielles retombées culturelles, touristiques et financières. Les étapes préalables d’étude de contexte, étude de définition et étude de programmation sont indispensables pour garantir la pertinence et la faisabilité du projet, et permettre une collaboration maîtrisée entre le maître d’ouvrage et les maîtres d’œuvres dans les phases de conception. A partir de l’expérience des cabinets d’ingénierie culturelle, agissant en tant qu’assistant à maître d’ouvrage pour la création ou la rénovation de musées, seront présentés les parties prenantes, les étapes et les méthodologies garantissant une définition optimale du projet : appels d’offre, concept et positionnement stratégique, programmation architecturale, programmation muséographique, études de publics, business plan… Le cours présentera des exemples de réalisations récentes de musées et de lieux culturels et patrimoniaux à l’échelle nationale et internationale.

Didier Michel,

Directeur de l'AMCSTI et Point de Contact Science avec et pour la Société / H2020

Management européen de projets (10h)

 

Dans la mise en œuvre de projets culturels, les outils politiques et financiers européens répondent à plusieurs objectifs ; un projet culturel peut s'intégrer dans une multitude de programmes. Il faut donc comprendre les mécanismes institutionnels européens mais également maîtriser son projet, ses partenaires dans son contexte territorial... Après une présentation du fonctionnement des institutions européennes et des différents outils de financements proposés par l'Europe, nous aborderons les obligations, les contraintes et les nécessités répondant à la mise en œuvre d'un projet européen ; puis nous développerons une approche pratique, au regard du contexte européen, des agendas, des actions en cours et à venir, sur la construction de projets pouvant s'inscrire dans les programmes européens.

Léo Dumont, PRCE à paris 1

Octave Julien, PRCE à Paris 1

 

Informatique et documentations patrimoniales

 

Cet enseignement vise à transmettre aux étudiants les connaissances et savoirs faires nécessaires à la création d’un projet de valorisation du patrimoine en ligne : expositions virtuelles, catalogues, bibliothèques numériques… Nous abordons pour cela des aspects techniques sur le fonctionnement du web, les technologies d’indexation et d’échange de métadonnées, mais aussi des enjeux plus théoriques sur les évolutions des pratiques muséales et patrimoniales sur le web. Les séances se déroulent en salle informatique avec le logiciel de gestion de contenu (CMS) Omeka, spécialisé dans la mise en ligne de collections patrimoniales et archivistiques numériques. L’évaluation prend la forme de projets
collectifs réalisés par les étudiants sur Omeka

David Soldini,

Maître de conférences à Paris 1

Droit du patrimoine culturel (26h)

 

Présentation introductive de l'administration du patrimoine et de l'évolution historique de la protection.

- 1 ere Partie : Droit du patrimoine immobilier : monuments historiques, espaces protégés, archéologie.

- 2 eme  Partie : Droit du patrimoine mobilier : Collections publiques, objets protégés, trésors nationaux.

Julie Verlaine,

Maître de conférences à Paris 1

Formation aux méthodes et outils de la veille documentaire, curation de contenu et manipulation graphique (10h)

 

Cet enseignement vise à former aux principaux outils et techniques de la collecte et du traitement de l’information : veille spécialisée, revue de presse, blogging et community management, note de synthèse, note critique ; puis à familiariser avec les outils logiciels de manipulation graphique notamment Scribus (éq InDesign), Gimp (éq Photoshop) et Inkscape (éq Illustrator). La prise en main de ces outils par les étudiants permettra également un suivi critique, individuel et collectif, de l’information patrimoniale, autour de grands dossiers d’actualité concernant les problématiques actuelles du champ culturel.

Bastien Noël

Chargé de projet marque, Fonds de dotation ICOM

 Stratégie de marque des organisations culturelles (6h)

 

Dans le sillage des grands pionniers – le Guggenheim, le Louvre, la Tate – les musées et institutions culturelles prennent aujourd’hui conscience du potentiel de leur marque. Que justifie cette transposition d’un concept marchand au sein du secteur culturel ? Comment la marque peut-elle soutenir le développement de ces organisations et répondre à leurs attentes individuelles ? Le cours présentera d’abord les enjeux stratégiques et managériaux d’une politique de marque. À partir de l’étude de cas concrets, les étudiants seront ensuite invités à construire eux-mêmes une plateforme de marque et à opérer le (re)branding d’une organisation culturelle choisie.

 

Fabrice Rey

Consultant en développement local, Groupe Amnyos Consultants

Les politiques culturelles des collectivités territoriales : contexte, cadre et modes d’intervention (26h)

 

Centré sur les collectivités territoriales, leur histoire, l’évolution du contexte, du cadre et de leurs modalités d’intervention en général et, tout particulièrement, en matière culturelle, ce cours s’attachera à préciser en creux l’évolution des politiques de l’État et l’évolution de ses relations avec les collectivités territoriales. Il permettra de sensibiliser les étudiants à l’environnement des politiques culturelles territoriales et aux facteurs externes qui les affectent. Trente ans après les premières lois de décentralisation, le contexte a profondément changé. Une situation économique défavorable, l’accélération du transfert de compétences, l’évolution à la baisse des ressources fiscales des
collectivités et la réforme de l’Etat ont une incidence profonde sur l’action des collectivités territoriales en diminuant leurs marges de manœuvre financières. Dans le même temps, la réforme territoriale en cours vient offrir une place majeure aux collectivités comme productrices de politiques publiques. Du fait de ces mouvements contraires, les politiques culturelles représentent un enjeu au cœur des politiques d’aménagement du territoire tout en étant fragilisées par la baisse des budgets publics dont elles sont souvent les premières à pâtir.

 

Aurore Gallarino, communication digitale

La communication a été longtemps le parent pauvre de la culture. Grâce peut-être à l'émergence des nouvelles technologies de l'information, outils souvent à l'interface entre la scénographie et la communication, les responsables des institutions culturelles ont de mieux en mieux intégré l'apport du marketing dans le développement de leurs activités et la fréquentation de leurs sites. Les responsables du M2 ont été pionniers en confiant à un professionnel le soin de faire prendre conscience aux étudiants des contraintes d'une entreprise culturelle qui a la nécessité de se faire connaître du public. De l'élaboration d'un concept de communication à l'utilisation performante des réseaux sociaux, cette information au plus proche des réalités de terrain leur permet de bâtir des stratégies adaptées à notre patrimoine sans tomber dans l'exploitation à l'anglo-saxonne de notre culture. 

Florence Descamps,

Maître de conférences en histoire à l’EPHE, Section des sciences Historiques et philologiques

 

L’ingénierie des archives orales. De l’histoire orale au patrimoine immatériel (15h)

 

La conduite de projets patrimoniaux et historiques suppose que soient mis en œuvre un certain nombre de méthodes et de principes, que l’on peut regrouper sous le terme d’ingénierie historique ou patrimoniale, notion dérivée de l’ingénierie culturelle dont on peut dater l’apparition dans les années 1980. Cette activité d’ingénierie patrimoniale et historique, en s’appliquant aux archives orales qui désignent les collections de témoignages oraux et enregistrés ou filmés, constituées dans un objectif scientifique, pédagogique ou culturel, participe du processus de patrimonialisation de la parole et de la mémoire, contribuant ainsi de façon originale à l’acclimatation du concept de patrimoine culturel
immatériel en France.

 

Jean-Christophe Ponce,

Scénographe à l’Agence Scénorama

Scénographie (6h)

 

 

Jean-François BELHOSTE

Directeur d’Etudes à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes

Patrimoine scientifique et industriel (8h)

 

Ce cours aura un double objectif : 1. définir le champ du patrimoine industriel et technique, exposer les modalités de son étude, de sa préservation et de sa mise en valeur; 2. illustrer ces propos à partir de quelques cas concrets, choisis de sorte à montrer la variété des situations : musée, site et monument, ensemble urbain.

 

Anne Conchon,

Professeur d’histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Economie de la culture et du patrimoine (15h)

 

Cette formation dispense des connaissances théoriques et pratiques sur la socio-économie (échelles nationale et internationale) du patrimoine et des institutions muséales : y sont étudiées les logiques budgétaires (des collectivités et des établissements) et les circulations financières (subventions, marché de l’art, assurances), ainsi que le cadre juridique et administratif dans lequel celles-ci se développent. Que coûte, et que rapporte le patrimoine aujourd'hui ?

 

Matthieu PINETTE

Conservateur en chef du patrimoine et cogérant du Château de Germolles

Gestion et médiation du patrimoine culturel privé (6h)

 

En France, le patrimoine culturel en main privé, au moins dans le domaine immobilier, est trèsabondant. En revanche celui-ci ne fait pas forcément l'objet des mêmes exigences, ni de la mêmesollicitude que le patrimoine de statut public. Ce cours tentera d'opérer un bilan de la part et de la naturedu patrimoine immobilier privé en France aujourd'hui. Il s'attachera ensuite à examiner les modes degestion et de mise en valeur qui sont mis en œuvre sur ces sites. Enfin, il essaiera d'esquisser uneanalyse critique des modèles existant et des pistes de réflexions pour envisager des voies nouvelles.

Robert Fohr,

Chef de la mission du mécénat au Ministère de la culture et de la communication

Mécénat et philanthropie : législation et pratiques (16h)

 

Ce cours portera sur la législation française en matière de mécénat, de parrainage et de fondations, et sur son impact dans le domaine culturel, avec un comparatif entre financements publics et soutiens privés. La seconde partie consistera en une initiation plus pratique à la recherche de partenaires privés et à la création de fondations culturelles.

 

 Sophie Dransart,

Chargée de mission Patrimoine Culture au Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse

PNR : Approches du patrimoine rural et paysager : définition, acteurs, enjeux (19h)

 

A côté des œuvres architecturales qui bénéficient d’une large reconnaissance institutionnelle par les procédures de classement, des pans entiers de l’héritage culturel français, plus modestes, plus quotidiens font aussi partie du domaine patrimonial. Il faudra définir cette catégorie du patrimoine rural (Isaac Chiva) qui n’englobe pas seulement le bâti mais aussi l’immatériel et l’ethnologique, et qui est indissociable du paysage (ou du patrimoine paysager) puisqu’il lui est bien souvent constitutif. Il s’agit d’un patrimoine vivant, évolutif même, qui mobilise des acteurs nombreux et qui est au cœur des évolutions de la société d’aujourd’hui, constituant une trame du cadre de vie. L’inscription territoriale de ce patrimoine le rend plus proche des collectivités locales et du secteur associatif. Une réalité qu’il faut
mesurer dans le contexte de la décentralisation.
Organisation d'un séminaire de terrain sur 2 ou 3 jours au PNR : cas concrets soumis aux étudiants avec une problématique locale réelle et rencontre avec les acteurs locaux : maires, élus, associations, techniciens...

Noémie Giard,

Responsable du service d’action culturelle au Musée Carnavalet (Paris)

Musées, publics, médiation : enjeux et perspectives (8h)

 

Ces séances présenteront le travail d’accueil des publics et de médiation au sein des musées. Trois aspects seront en particulier développés : aspects opérationnels (gestion du flux des visiteurs et des réservations de groupes, développement des publics, relations entre les services...) ; aspects sociaux (appréhension de la diversité des publics, prise en compte des spécificités et points communs de chacun d’entre eux (scolaires, familles, touristes, publics dits du champ social, personnes en situation de handicap) ; aspects culturels (valorisation de la diversité des collections - peintures, sculptures, mobilier, objets d’art et d’histoire, etc.), interrogation sur la valeur historique, sociale ou esthétique, création des conditions du rapport aux œuvres. Toutes ces dimensions sont liées. Elles connaissent aujourd’hui d’intenses transformations, notamment avec le développement des outils numériques, qui offrent autant de contraintes que d’opportunités. Nous aborderons ces enjeux à partir de cas concrets tirés d'expériences au Centre Pompidou, à l'association Promenades Urbaines, puis au Musée Carnavalet – Histoire de Paris, à la Crypte archéologique et aux Catacombes de Paris.

 

Sylvie Carval et John Baker, professeurs d'anglais

Le volume horaire pour cet enseignement est de 38 heures année par étudiant, en demi-groupes. À la suite d’un test de niveau, les étudiants sont donc divisés en deux groupes, ce qui permet d’adapter parfaitement l’enseignement de la langue à leurs besoins spécifiques.

Si le programme est similaire pour les deux groupes, l’approche est différente et les outils pédagogiques et linguistiques sont ciblés selon les besoins détectés, et ce pour une pratique intensive de la langue, tant au niveau de la compréhension que de l’expression écrites et orales. Sont étudiées en particulier les différentes institutions patrimoniales, leur gestion et fonctionnement, ce qui permet également aux étudiants d’acquérir par ce biais  un lexique nouveau et spécifique.

Julie Corteville, conservatrice en chef,

directrice de l'inventaire général d'île-de-france

Les métiers nodaux du patrimoine (16h)

 

L’objectif est de faire découvrir les approches politiques du patrimoine ainsi que les outils techniques et les savoir-faire qui entrent dans la prise en compte du patrimoine : PSC, bases de conservation préventive, droits liés aux œuvres et à leur mise en exposition, assurances, transports, régie d’œuvre, contrat de prêt, convention, métiers et fonctions, politique d’acquisition, etc. Une formation en scénographie sera également assurée.